La pandémie, les désastres écologiques, la crise économique et sociale sont systémiques

 

Un virus a réussi, du jour au lendemain, à paralyser l’économie, à fermer les commerces, à limiter les déplacements, à fermer les frontières, à instaurer des couvre-feux.

Si nous, la population, avons fait preuve d’entre-aide et de solidarité, si les associations citoyennes ont permis d’atténuer les effets les plus insupportables de la crise, si les professionnel.le.s de la santé ont donné le meilleur d’elles-eux-mêmes, rien n’a empêché les inégalités de se creuser et le chômage et la précarité de toucher de plus en plus de personnes, y compris à Genève.

L’économie réelle est au ralenti mais les cours boursiers touchent de nouveaux sommets, permettant aux actionnaires et aux spéculateurs d’accumuler encore plus de richesses.

En 2020, l’homme le plus riche du monde a ainsi multiplié par 5 sa fortune personnelle qui approche les 200 milliards de dollars et l’UBS a augmenté ses bénéfices de 50% pour atteindre 6 milliards de francs. A Genève un promoteur immobilier, sans aucune expertise sanitaire, a réussi – en partenariat avec l’État – à s’enrichir sur les masques, sur les tests, sur les vaccins et profite du désarroi de la branche pour racheter à bas prix des dizaines de cafés et restaurants.

En même temps à Genève des milliers de personnes se mettent en queue pour recevoir un sachet d’aliments.

La crise liée à la pandémie ne s’arrêtera pas avec le vaccin contre le Covid-19 parce qu’elle n’est qu’un épisode d’une série déjà en cours: crises climatique, écologique, économique, sociale, crise de la migration.

Un système économique qui est à l’origine de telles crises N’EST PLUS ACCEPTABLE.

 

Sortir des crises avec un changement en profondeur

Ce n’est pas en relançant la consommation et en changeant nos voitures contre des modèles électriques, dans un mirage de retour au monde d’avant, que nous sortirons des crises, mais en changeant en profondeur l’organisation sociale et économique.

 

RETROUVER DU SENS, AVEC LA SOLIDARITÉ ET LE RESPECT


Un autre monde est possible, où le travail sera justement rémunéré, où le contenu de nos assiettes variera au fil des saisons, où les habits que nous porterons seront produits sans exploitation d’une main-d’oeuvre lointaine sous-payée.

Un monde où la finance ne dicte pas le fonctionnement des Etats.

Un monde où la vie aura un autre sens que celui de consommer.

Pour cela il est plus que jamais nécessaire et vital de mettre fin au capitalisme destructeur de la planète et de ses ressources naturelles, pour construire une société où les richesses produites seront socialisées et les moyens à disposition répartis de manière équitable et respectueuse de la biosphère, pour que chacun.e vive dans la dignité et le respect de sa personne.

Une société qui répond aux besoins réels des gens, pas aux besoins de la production de biens aussi inutiles qu’improbables ni aux besoins d’une finance et d’un capital totalement déshumanisés en quête perpétuelle d’accumulation de profits.

 

Au Conseil d’Etat, le PdT, les Jeunes POP et Morten Gisselbaek soutiendront :

 

La justice sociale et le travail

avec

  • l’instauration d’un revenu de base inconditionnel permettant une vie décente à Genève et de simplifier grandement la vie des personnes en recherche d’emploi ou bénéficiaires d’aides sociales.
  • l’augmentation des prestations complémentaires AVS.
  • une assurance cantonale pour le remboursement des soins dentaires.
  • la création de 500 places d’apprentissage dans le Grand Etat, ainsi qu’un contrôle accru des conditions d’apprentissage, avec deux jours d’école hebdomadaires.
  • le soutien accru au monde culturel et créatif non institutionnalisé.

 

 

L’écologie

avec

  • la gratuité des transports en commun pour favoriser l’abandon de l’usage des véhicules motorisés individuels.
  • la mise en place et l’amélioration des pistes et aménagements piétons et cyclables.
  • un investissement massif pour le passage rapide de l’agriculture en tout bio dans tous les bassins versants du canton. Y compris en organisant les filières locales pour que les producteurs touchent un juste salaire.
  • une diminution des vols depuis l’aéroport de Cointrin, une interdiction de tous les vols de moins de mille km et la taxation du kérosène.
  • la lutte contre la production d’objets inutiles et l’obsolescence programmée, véritables fléaux économiques et environnementaux.

 

Le logement et une vie digne à Genève

avec

  • le contrôle systématique des loyers pour empêcher les hausses abusives lors de changements de locataires
  • la transformation des bureaux vides en appartements, si nécessaire avec leur réquisition.
  • la construction d’éco-quartiers d’habitation conçus avec les habitant.e.s et réalisés sur la base du bien-être social et non du rendement.
  • les projets de décriminalisation de l’usage du cannabis récréatif en vue d’une légalisation, d’un contrôle et d’une taxation des drogues permettant une approche sanitaire, une meilleure prévention et pour assécher le marché mafieux.
  • une diminution de la population carcérale avec la mise en place de mesures alternatives et l’amélioration des conditions d’incarcération indignes.
  •   l’arrêt des «vols spéciaux» moyen honteux pour renvoyer les migrant.e.s
  • la mise en place d’une véritable politique d’accueil concertée (social, santé, police) afin d’offrir des perspectives d’avenir pour toutes les personnes migrantes.
  • l’interdiction des caméras de surveillance privées sur le domaine public.

 

La rédistribution des richesses

avec

  • la mise en place d’une taxe de solidarité sur les plus grosses fortunes pour répondre aux besoins urgents découlant du Covid-19: aides aux commerçants, aux restaurateurs, aux artistes et aux travailleurs de la culture, aux chômeurs et aux précaires.
  • la suppression du bouclier fiscal et des forfaits fiscaux qui ne profitent qu’aux millionnaires et la récupération des pertes fiscales engendrées par la RFFA en augmentant l’imposition des bénéfices des entreprises.
  • l’application du salaire médian genevois, env. 7’500- frs bruts, pour les élu.e.s aux exécutifs afin de rester en contact avec la réalité vécue par la population.

 

un engagement sans faille pour restaurer la confiance et le respect réciproques entre les élu.e.s, les fonctionnaires et les citoyen.ne.s. C’est là une condition primordiale pour se projeter ensemble dans un avenir solidaire.

 

 

 

 

Morten Gisselbaek est né en 1956 à Genève dans une famille danoise. Marié et père de 2 enfants, il est architecte diplômé de l’école d’Architecture de Genève. Suite à son implication dans les mouvements squats des années ’80, il a dirigé et participé aux travaux de transformation en centre culturel de l’Usine. Il a été l’un des piliers de la sauvegarde et de la rénovation du quartier de l’îlôt 13. Morten a été l’un des principaux acteurs du Collectif 500 qui s’est opposé avec succès au projet immobilier des CFF qui prévoyait la destruction de plus de 350 logements populaires et bon marché dans le bas des Grottes.

Élu au Conseil municipal de la Ville de Genève en 2011 sur la liste d’Ensemble à Gauche, pendant 9 ans il a défendu avec ses collègues des projets architecturaux et des aménagements de qualité, les droits des locataires de la gérance immobilière municipale et les droits des travailleuses et travailleurs des services municipaux confronté.e.s aux dérives néolibérales d’un Conseil administratif à majorité soi-disant de gauche, promoteur d’externalisations et de partenariats publics-privés au détriment des services pour la collectivité. Il a soutenu la création de logements pour les victimes de violences, s’est engagé contre la privatisation du MAH et a combattu avec succès contre les coupes budgétaires dans le social, la culture et la solidarité internationale.

 

Jeunes POP

Nous, jeunes salarié.e.s, ouvrier.e.s, apprenti.e.s, étudiant.e.s, chômeu.r.se.s, soutenons un changement radical de société. Nous voulons la justice sociale, nous voulons une protection de l’environnement, nous voulons des droits et un avenir solidaire.

Nous luttons notamment pour une amélioration des droits des apprenti.e.s, pour une écologie sociale et populaire avec des transports gratuits, pour une sortie de crise qui prenne en compte notre génération.
Nous appelons toutes celles et ceux qui ont soif de changement, à voter pour Morten. Son militantisme de terrain et ses luttes dans les quartiers populaires nous montrent qu’une autre manière de faire la politique est possible. Il est bien plus proche de la réalité des travailleur.se.s que beaucoup de politicien.ne.s et il soutient activement nos revendications. Le 7 mars, nous voterons Morten car un autre monde est possible!

e-mail : geneve@jeunespop.ch

Facebook: Jeunes POP Genève

Instagram : jeunes_pop_geneve

 

 

Contact et soutien :

Parti du Travail, case postale 16, 1211 Genève 8

e-mail: pdt-ge@bluewin.ch

Facebook: Parti du Travail Genève

ccp: 12-8747-5